Saison 2020-2021

Par Christian

Bonjour, mes amis

2021, un immense CHANTIER pour et sur 1+1. THE REFIT !!!

Je viens de relire mon récit de Voyages 2020. Je vois qu’il était marqué, entre autre, par la pandémie due au COVID.

C’est toujours vrai pour 2021 !! Vous le savez !

Comme toujours, mes récits commencent à la fin de la saison cyclonique jusqu’à la prochaine saison cyclonique. Notre vie, nos navigations, partout dans le monde, sont bercées, régulées par les périodes cycloniques qui s’étendent de mi- Juin à Fin Novembre, en Atlantique et aux Caraïbes.

Le récit 2020 se terminait en vous présentant le PROGRAMME des prochaines navigations.

Si le planning des navigations à partir de 2023 ET PLUS reste d’actualité, vous verrez à la fin de ce journal, les projets de 2021 ont été lourdement modifiés………….

Donc, rappelez vous, J’arrive au GUATEMALA mi- NOVEMBRE 2020, profitant d’un entrebâillement des portes COVID pour prendre l’avion avec l’une des seules compagnies qui « assurait » encore des vols : Iberia.

Et les TRAVAUX commencent…..

Le mât de 1+1 fraîchement repeint en cours de re-mâtage chez RAM au Rio DULCE, Guatemala.

TRISTAN, installé au RIO (GUATEMALA) sera le chorégraphe du ballet Travaux Polyester Epoxy pour l’embellissement et l’étanchéité extérieure de 1+1.

Assisté de ses 8 compagnons, il va refaire :

En décembre 2020 : L’étanchéité des baies du Roof, en consommant plus de 150  tubes de SIKA.

Thien An, Marie et Guilhem arrivent fin Décembre, (le jour PREVU !), et le travail n’est pas fini, Tristan est en retard…. Avec 2 de ses compagnons, ils viendront avec nous jusqu’à TUCSON BAY.

Leur lancha en remorque derrière 1+1 leur permettra de revenir et ils travailleront 2 jours de plus !

Marie, Tristan, 2 de ses collègues, Guilhem, moi et Thien An, à TUCKSON BAY, Rio Dulce, Guatemala.

Enfin, formalités de sortie faites à Livingstone, on quitte le Guate, direct Isla Mujérès (Mexique).

3 jours plus tard malgré un vent fort, au Près serré (vent de NE 25 à 30nds), des grains costauds et une mer dure, on arrivera le 31 Décembre 

L’équipage sourit : fini la guerre, on est à Punta Sur, ISLA MUJERES et la Big fiesta de fin d’année qui se fait chez Storme peut commencer, on est là : Nuit de fête que nous n’oublierons jamais !!!!

Avec STORME, mon ami, chez lui pour le Nouvel An 2020-21, çà chauffe !!!

et la vidéo du voyage du Rio Dulce à Isla Mujeres

Dés les premiers jours de Janvier, tout le monde quitte le bord pour rentrer au boulot.

Seul, me voilà reparti au Guatemala pour continuer les travaux. Cette fois-ci le vent, toujours fort, vient de l’Est et je fais une route Sud, donc tout va bien mieux. Sauf, qu’arrivé, en face de BAYA ASCENSION (Sud Mexique), je vois, tout devant, un vrai grain de folie, le ciel est noir et le vent est déjà à 30nds, je suis un peu fatigué (la nuit de fête chez Storme me plombe encore un peu),

ZUT, tant pis, je bifurque à droite et je rentre dans l’immense Baie de l’Ascension, l’ancre posée à midi, en sécurité, je plonge dans une sieste monumentale. A 16 :00, réveil comateux mais le ciel est dégagé, il fait beau, j’hésite, Tristan m’attend au Guate… Je repars, la route directe m’amènera 2 Jours après devant Livingstone pour faire les formalités.

Raoul viendra comme d’hab avec la douane mais ils resteront dans leur lancha, COVID oblige!

Les masques et échange des papiers mais je vais devoir aller à l’hosto pour faire un test Covid, bien sûr ! Çà traine car la douane a été appelée pour une affaire urgente liée à un malade du Covid. Je vais devoir passer la nuit devant Livingstone. Pas trop marrant à cause du risque de vol (ou plus…) identifié ici. Il me faut vider le cockpit, tout rentrer et fermer pour la nuit.

Tout ira bien. La remontée du Rio sera plus belle : des milliers d’oiseaux, c’est l’époque des naissances et de nombreux oiseaux fraîchement éclos sont posés sur l’eau, devant le bateau, ils n’ont pas encore la force de s’envoler et ne s’écartent que très mollement pour me laisser passer. SUPERBE !

Puis, mi- Janvier, les travaux recommencent : on enlève le  teck du cockpit et on le remplace par un sol en époxy : plus léger, plus solide, plus facile à entretenir. On démonte tout l’accastillage du pont, pieds de balcons compris pour « densifier » les trous et ainsi supprimer les entrées d’eau. Dans le même esprit, on démonte les rails de maintien des filets et du rail de Solent pour mettre en place des systèmes d’accroche et de fixation en polyester, supprimant ainsi environ 250 trous (ou autrement dit : « bouchant » 250 trous !)

Explication technique du mot « densifier » : un outil coupant à 90°, travaille dans le trou « à densifier » en dégageant le sandwich (entre les 2 peaux du pont) sur un diamètre d’environ 3 centimètres. Dans cet espace on injecte de la résine époxy « chargée » et on bouche le trou. Après séchage, on reperce le trou pour y remettre le boulon de fixation. L’eau, ainsi, ne peut plus pénétrer dans le pont et si un défaut d’étanchéité se produit, l’eau sortira par-dessous. Elle sera, ainsi visible et n’ira pas pourrir le « nid d’abeille » dans le pont.

Certains soirs, Tristan et ses collègues travailleront jusqu’ à tard dans la nuit. Il y a des délais de séchage à respecter. Chaque fois que je suis venu au Guate, je dispose d’une place privilégiée pour 1+1, à un quai très bien abrité de la marina MAR. Le problème est que ces travaux, dont le ponçage surtout, produisent beaucoup de poussière et provoquent des problèmes de voisinage !!

Je dois, donc, quitter le quai et aller au mouillage dans le fleuve. Moins pratique !!

Pendant 6 semaines, Tristan et son équipe vont envahir le bateau, faire du bruit, de la poussière. A chaque instant, l’un ou l’autre aura besoin d’un outil, d’un verre d’eau…etc… L’ENFER !!

Je vais devoir partir et remonter à Isla Mujérès, on est déjà fin février,  Thien An, Denis et Patricia arrivent le début Mars, pour une croisière dans le Golfe du Mexique.

J’arriverai avec 2 jours de retard. Ils en profiteront pour faire une ballade dans le Yucatan. Et la croisière sera raccourcie : on re-re-fera Contoy, Holbox etc…

Au mouillage à Holbox.

Et de retour à Isla, tout le monde débarque, prend l’avion pour retour en France et au boulot.

Surprise, je retrouve Yvan, Sabrina et Oscar, toujours avec leur « MILO ONE » (Catana 58, Sister ship de 1+1). On a partagé plusieurs étapes de notre Tour du Monde, inoubliable fête de Nouvel An 2012-13 sur leur bateau à CAP TOWN, South Afrique. Ils rentrent en Méditerranée en provenance d’Alaska, Cortes et Panama.

Bon, on est à mi- Mars, Thierry et Léo, son fils, arrivent. Il est temps de partir car, souvenez vous je dois faire la Transat retour pour préparer le bateau en France en vue du Pacifique.

Je dois passer par St Martin pour récupérer les lattes de  ma future nouvelle GV et mon fameux génaker, raté, en décembre 2020 pour livraison tardive entre Mexico et Cancun (Mexique) et qui a donc été renvoyé par avion chez mon fils Richard à Canet. Richard les a chargé sur « Hérénui », le Sunreef 62 de mon ami Jean-Louis, de passage à Canet avant sa transat. Il aura déjà fait 2 transats, une en avion, l’autre en bateau ; sans sortir de son sac.

C’est très compliqué, faut suivre !!!

On est parti, abandonnant tous mes amis de ISLA Mujeres. Je pense ne plus jamais revenir, programme Pacifique oblige !!

Sauf Storme et son nouveau CATANA 58 « Double Trouble » : on a rendez-vous pour passer Panama ensemble et naviguer (je devrai dire compétitioner !! se tirer la bourre, quoi !!) dans le Pacifique.

24 heures après le départ, on a un problème de safrans, ils se dérèglent et toutes les 3 heures, je dois descendre dans la cale moteur pour les aligner correctement.

Du coup, le Cabo St Antonio doublé, je mouille près de Los Morros. Thierry et moi, on réfléchit. Mais oui, bien sûr, c’est çà : on change les vérins hydrauliques.

 Je n’avais pas déconnecté le système AIS : Appel VHF, la douane Cubaine : vous n’avez pas le droit de vous arrêter, vous devez aller faire les formalités à Marina Hemingway etc..etc.. !!

Comme ils n’ont pas les bateaux pour venir nous embêter, on ne partira que le lendemain.

Mais, le problème n’est pas résolu… çà se dérègle pareil…

C’est à Marina Hemingway que Thierry trouvera la panne : il a remarqué que la vanne 3 voies qui commande le vérin Bâbord est « molle », on la change et çà marche…

Faut dire qu’on avait le temps : 3 jours confinés dans l’attente des résultats PCR.

On ira visiter la Havane : quelle tristesse : le désert, personne dans les rues, pas de voiture, beaucoup de sites interdits, tout est fermé : Confinement oblige !

On repart en logeant la côte nord de Cuba, vers l’Est…Pas bon !!

3 jours plus tard, je décide de changer de route, monter au BAHAMAS car la route directe vers St Martin est trop dure : contre vent et courant, à tirer des bords, en 3 jours on aura fait 210mn sur la route contre 450mn navigués !!

De plus, Thierry et Léo sont malades! Allez : route Nord, 3 jours de navigation bien meilleurs, on arrive à LONG ISLAND. Il est tard le soir, je m’approche pour mouiller, les voiles affalées, le moteur Tribord tourne (peu après le départ, l’inverseur Bâbord s’est mis à faire un bruit épouvantable, comme un avion à réaction, donc, bien que le moteur soit neuf, je ne motorise pas le côté Bâbord).

ALARME moteur : la pression d’huile du moteur Tribord est à ZERO… j’arrête le moteur et laisse avancer le bateau sur son erre pour prendre le mouillage. Je tire la jauge d’huile : plus d’huile, la jauge est sèche….. !!

On va vite constater qu’il consomme 1 litre d’huile toutes les 2 heures et bien sûr, les fumées d’échappement sont bleues…

COVID : L’immigration ne nous laisse pas rentrer. Finalement, discussions puis Tests et on doit attendre sur 1+1, on va vivre tranquille, pas de contrôle, COOL ! Sauf que 4 jours après Thierry et Léo ont reçu, par mail leurs résultats, moi pas : je contacte par téléphone l’Officier de l’Immigration : il  ne comprend pas puis me rappelle : il y a 3 jours Fériés !!

Ras le Bol, on est déjà le 05 Avril : on reprend la route sur St Martin, que l’on atteindra 5 jours plus tard dans d’excellentes conditions de navigation, heureusement car nous sommes sans assistance moteur. Rappelez vous le moteur Tribord est en panne et à Bâbord , c’est l’inverseur qui fait beaucoup de bruit !! Le dernier jour, c’est dimanche matin, on voit Philispburg (côté ouest de St Martin), temps superbe, soleil, mer belle, très peu de vent (entre 4 et 6 nds), on est très près mais il faut tirer des bords, on file entre 2 et 3 nds !!!

Finalement, tranquilles et heureux, on arrivera à 03 heures du matin, on mouille et bien qu’il soit tard, on mouille le gosier, aussi!! Faut sécuriser le mouillage !!

Mais avec 2 à 3 semaines de retard, 1 moteur HS, 1 inverseur bruyant et la croisière avec Christophe et Sandrine ratée, ils devront essayer de se faire rembourser leurs billets d’avion, faire le deuil de leurs vacances, continuer à fabriquer des avions pour l’un et continuer à piloter des « Belugas » pour l’autre, PAS MAL, quand même !!!

A Saint Martin, le matériel récupéré, la question se pose :TRANSATER OU PAS ??

 Le moteur tribord et les 2 inverseurs sont commandés, il y a un délai de 6 semaines plus la pose !! Difficile de prévoir partir avant mi- Juin, la période Cyclonique sévit jusqu’à mi-chemin entre Bermudes et Açores. Pas bon !!

J’ai trouvé Franck, menuisier, pour refaire la cuisine.

Si TRANSAT : 6 semaines de Transat aller, 6 semaines de Transat retour, l’été à bricoler sur le bateau….

C’est DéCIDé : FINI la TRANSAT ! dès la fin des travaux, je descends à GRENADA, mon ami Richard m’a trouvé une place pour sortir le bateau : Chez Grenada Marine.

Du coup, on est moins pressé, moins stressé.

Thien An et Guilhem reviennent, mais au diable la Transat, on va descendre tranquillement à Grenade, 400mn au lieu de 4 000mn, du TOURISME, en montant à FORT LOUIS ST MARTIN

Et en faisant le tour de l’Ile de St Martin.

Suivi par une belle halte à St BARTH, chez mes amis Albert et Stéphanie. Ses parents cultivaient une ferme à Chabeuil, près de chez mes parents et enfant, le soir j’allais chez eux chercher le lait, en bidons aluminium. Plus tard, 3 de ses frères travailleront dans mon entreprise, Albert était le dernier des enfants, il deviendra Cuisinier puis restaurateur à St BARTH, la célèbre  « GLORIETTE ».

Et pour tout vous dire, en 1997, APRES un repas avec eux sur mon ex-Catana 53, « CALLISTO », au mouillage à l’Anse Colombier (ST BARTH),… APRES ?? En fait, 9 mois après !! Mathilda, leur fille, naîtra, 4 jours après mon fils Justin !!!

N’y voyez aucun hasard !!!

La tombe de Johnny HALIDAY, au cimetière de Lorient, St Barth

Superbe vue de l’Atlantique, Stéphanie, Albert, Thien An!!

Guilhem est revenu !! Après le repas préparé par the « CHEF », le Rhum arrangé, façon Albert qui en livre dans le monde entier.-

re-visite de Saint Barth

à Saint Barth, il y a des tortues un peu partout
En voilà une qui nageait autour de 1+1 et que nous avons suivie un bon moment…

De plus, Richard, à Grenade, pourra démâter, changer le gréement, installer un génois et faire les travaux de remise en forme !!

En route pour Grenade donc

1+1 sur le dock de GRENADA MARINE, à Baie de St DAVIT, Côte SUD de GRENADA.

ET MOI, en vacances d’été, à CARRY.

On a beaucoup voyagé en DR 400, avec ma Cdt de Bord préférée: 3 jours en Corse, plusieurs fois le tour de la rade de Marseille, Camargue et Iles de Hyères pour promener les amis qui nous ont rendu visite à Carry, ils se reconnaîtront, une semaine à Ile d’Yeu, de belles balades avec mon nouveau vélo électrique, de très beaux voyages avec « HERMES », notre nouveau camion, en cours d’ équipement VAN, etc…

et la vidéo du voyage à l’île d’Yeu

Le DR400. L’équipage : Christophe, notre Hôte à L’Ile d’YEU, Sandrine et la moitié de Thien An.

J’ai profité de l’été pour faire mon baptême de parapente, au dessus du lac d’Annecy avec Yann comme pilote, un ami de Thien An. Un beau moment!

Et aussi… un petit tour sur le bassin d’Arcachon (en bateau …) pour voir nos amis Christophe et Emmanuelle

Je vous ai beaucoup parlé de notre ami STORME, il sera encore souvent cité dans cette page mais cela sera la dernière fois:

Il a été exécuté par 2 tueurs à gage, en sortant de sa Marina le 02 Septembre 2021. A priori, un contrat commandité par son voisin, un Mexicain, propriétaire de la Marina à côté de la sienne, avec lequel il était en « brisbouille » pour une question de limite de terrain !!!!

STORME était notre ami, il laisse sa compagne Marta et ses 2 enfants: Vela, 3 ans  et Sailor, 12 ans.

Marta, dans ce contexte émotionnel est confrontée à des problèmes de gestion très difficiles. Nous échangeons beaucoup et même, avec son frère Jaco, rentré chez lui, en Afrique du Sud.

Nous ne naviguerons plus avec Storme .

Et je dois vous dire que deux autres AMIS nous ont quittés, certains d’entre vous les ont connus :

Ces 2 amis ont leur place ici car ils ont beaucoup et souvent navigué avec moi sur 1+1 : entre autres croisières : René en transat retour 2013, Gilbert en transat aller 1997.

René Aubril, mon ami de jeunesse, j’étais son témoin pour son mariage avec Christiane. Il est décédé, le 23 Juillet, suite à un accident de circulation à Valence, vélo contre voiture, il était sur le vélo, bien sûr, pour aller acheter son pain.

Gilbert Donati, mon ami Marseillais, est décédé le 03 Octobre, du Covid, parce qu’il avait perdu son immunité à cause des traitements de chimio qu’il suivait pour tenir son cancer en respect.

La vie doit continuer et pour cela il faut aller au bout de nos projets.

Donc, par rapport au planning énoncé en 2020, les Transats de cette année ont été annulées.

Mais, l’essentiel du planning reste d’actualité.

En voici le résumé :

Je rejoins  1+1 à Grenade le 10 Novembre 2021, Re- mâtage le 11, mise à l’eau le 12 ou 13.

Au quai à la Marina de CCBM, toujours sur la Côte Sud de Grenade, Richard et son fils Romain vont finir les travaux sur 1+1.

Marie, de Lyon, me rejoint le 10 Décembre 2021. Ensemble on naviguera tranquillement de Grenade à Martinique. Thien An, Christophe, Sandrine Guilhem et Marie arrivent le 22/12.

Croisière traditionnelle aux Tobaggo’s Cays et retour à Martinique pour y débarquer la moitié de l’équipage, les autres débarqueront à St Martin pour laisser la place à Xavier et Sophie, accompagnés par 2 autres couples pour une croisière dans les B.V.I..

Fin Janvier 2022, St Martin- Grenade, 400mn, SEUL ??  çà dépend de vous !!

Mise en place du génois et quelques menus travaux conduits toujours par mon ami Richard.

Mi- Février 2022: GRENADE- Bonaire- Curaçao- Aruba –COLOMBIE

Cette année, on va prendre le temps de faire un voyage terrestre en Colombie, 1+1 restera à Puerto Velero ou Santa Marta.

Mi- Mars à Fin Avril 2022: Les SAN BLAS, PANAMA

Début Mai 2022 : retour au Guatemala pour terminer les travaux de « densification » avec Tristan.

Puis 1+1 à quai chez MAR pour la saison cyclonique.

Novembre 2022 : mise en route au Guate et descente sur PANAMA

JANVIER 2023 : Passage du Canal de PANAMA. On sait déjà que l’ami Claude Forcheron-Ribière et sa compagne Michelle seront du voyage (comme en 2010). C’est son rêve, bien qu’il était déjà avec nous pour le passage de Panama en 2010, il veut revenir mais, cette fois-ci jusqu’en POLYNESIE !! Génial.

Hiver 23-24 : HAWAÏ (comme en 2010)

ETE 2024 : ALASKA, CALIFORNIE

Hiver 2024 : MER DE CORTES

Après, on ne sait pas encore…………….ON Y PENSE…….Regardez la carte….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s