Les îles féroé

Après une trentaine d’heures de navigation, nous débarquons en pleine nuit à Torshavn.

Nous allons nous poser au camping du coin sous la pluie (très bien le camping). Au réveil un drôle d’engin s’est posé à coté de nous.

Feroe Torshavn

Dis tu crois que si on se blesse, on pourra lui demander des pansements?

 

Il se dit que les îles sont un des endroits les plus pluvieux sur terre: 330 jours de pluie par an… pire que l’Islande. Bref, on s’est préparé moralement…

feroe_04

Finalement, c’est couvert mais pas aussi pluvieux que prévu.

feroe_05

 

feroe_07

Nous partons donc sur les routes, muni de l’excellent guide de randonnée que nous avons trouvé sur le site de tourisme des îles Féroé et la liste des campings des îles (le bivouac et camping sauvage sont interdits sur l’archipel)

Nous nous dirigeons vers  Viðareiði pour faire la rando de Villingardalsfjall.

Les féroiens sont vraiment aimables. Il n’y a pas beaucoup de touristes ici. Il faut dire que la traditionnelle, horrible et féodale tuerie nommée Grindadráp est à l’origine du boycott de l’île par de nombreux touristes.

De ce que nous comprenons, le pays, province autonome du royaume du Danemark, est divisé à 50/50 entre conservateurs qui prônent le respect des « traditions », de l’indépendance (du Danemark) et les progressistes non indépendantistes et plutôt européens. En tout cas, ce clivage n’est pas visible quand, comme nous, nous ne passons que quelques jours.

Le chemin offre rapidement un beau point de vue sur le village en contrebas

feroe_08

feroe_09

feroe_10

quelques nuages s’invitent

feroe_11

 

feroe_14

et repartent, découvrant de superbes paysages

feroe_12

feroe_15

en haut nous arrivons sur un promontoire perché à plus de 110 mètres au dessus de la mer

feroe_17

Un curieux…

feroe_19

feroe_20

Après avoir cherché le camping de Klaksvik, réduit à une place de parking sans toilettes pour cause de travaux, nous allons sur le campind d’Æðuvík sur Esturoy.

Bon choix: il est super douillet (surtout si on compare à ce qu’on a rencontré en Islande)

Nous nous arrêtons Le lendemain, nous effectuons la randonnée de Bøsdalafossur

feroe_21

feroe_22

Stupéfiant

 

 

feroe_25

Nous allons ensuite faire un tour à Gásadalur, mais la météo se couvre et nous ne trainons pas.

Dernier jour, nous laissons de coté l’idée d’une randonnée pour papillonner d’un site à l’autre en voiture

 

feroe_27

 

feroe_30

feroe_31

Gjógv. On y ressent un sentiment de bout du monde bien agréable

feroe_32

 

Montée à bateau… un peu raide non?

feroe_34

 

feroe_35

feroe_36

feroe_37

feroe_38

feroe_41

feroe_45

feroe_47

 

grands espaces… encore

à Saksun

feroe_50

feroe_52

Retour vers Torshavn la capitale.

feroe_42

feroe_53

Etant donné que nous avons quelques heures avant le départ du ferry, nous en profitons pour aller manger à Kirkjubøur petit village composé d’un port et de quelques dizaines de maison

feroe_55

feroe_56

feroe_57

 

Voilà, c’est bien fini…

feroe_58

Enfin, presque, car nous rentrons doucement, via Liège (pour voir Guy), Nancy (Fred et Marie), l’Ardèche (André et Françoise) où nous serons à chaque fois superbement bien accueillis, puis la Drôme et enfin les Bouches du Rhône, histoire de se ré-acclimater sans violence après 5 semaines d’itinérance….

Il nous reste une envie:

Quand est-ce qu’on repart?

 

<<De l’Askja au Dyrfjöll

Une réflexion sur “Les îles féroé

  1. Pingback: De l’Askja au Dyrfjöll | Il etait une fois…Demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s